Citoyens pour le Climat dénonce l’importation d’huile de palme, et son utilisation comme carburant.

Pourquoi ?

Cartographie de la déforestation passée et à venir sur l’ile de Bornéo (Source : WWF Germany)
  • Les cultures d’huile de palme et de soja sont la cause n°1 de la déforestation en Asie du Sud Est et en Amérique du Sud
  • En Asie, les iles principalement concernées sont l’ile de Sumatra (au moins 11 millions d’hectares de forêt détruite) et Bornéo (1,3 million d’hectares de forêt détruite chaque année)
  • La France importe de d’huile de palme, dont 75% sert à faire des « agro » carburants (700 000 tonnes / an)

La déforestation est responsable d’environ 13 à 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GIEC) et entraîne une très forte érosion de la biodiversité. Les Orang Outang sont au bord de l’extinction (IUCN).

En France, les producteurs de carburants bénéficient d’un taux réduit de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) lorsqu’ils y incorporent des « agro-carburants », parmi lesquels l’huile de palme.

Nos actions

En novembre 2018, Citoyens pour le Climat, les Amis de la Terre et la CLIC interpellaient les sénateurs sur le vote de la Loi d’Orientation des Mobilités, pour demander à ce que les carburants à base d’huile de palme ne fassent plus bénéficier de taux réduits de la TGAP. Grâce à vous, plus de 400 e-mails ont été envoyés !

En décembre 2019, malgré le vote du parlement contre l’huile de palme dans les carburants, le gouvernement remettait ça avec les Palm Fatty Acids Distilled … Citoyens pour le Climat a lancé une seconde campagne d’interpellation auprès des députés et des sénateurs.