Etat d’urgence climatique : 350 000 personnes dans les rues

Marée humaine à Paris – photo 16 mars – crédit photo Val Rhiem

Le début du printemps de l’urgence climatique a rassemblé plus de 350 000 personnes dans plus de 230 villes de France et une quinzaine de pays. L’urgence des enjeux climatiques et sociétaux n’est plus à démontrer. 

Vendredi 15 mars, près de 170 000 jeunes dans 200 villes de France se sont mobilisés, à l’appel de Greta Thunberg, de Youth for Climate, d’enseignants, de scientifiques, d’ONG, d’associations et de syndicats. Ce fut une marée humaine inédite de la jeunesse, dans le monde entier avec une volonté et une fermeté de réclamer des actes concrets pour l’avenir de la planète.

Samedi 16 mars, 350 000 personnes en France et dans le monde ont renforcé la pression en menant des actions variées : marches, plogging, flashmob, die-in, plantations d’arbres, carnaval des animaux en voie de disparition, ateliers et kiosques des sciences, diffusion du rapport du GIEC …. dans une ambiance festive, pacifique et familiale.

A Paris, la Marche du Siècle a réuni 107 000 personnes dans les rues de la capitale. Citoyens pour le Climat, fidèle à sa volonté de sensibiliser toujours plus de citoyens aux enjeux climatiques a organisé dès le matin un village au sein du Parc Monceau (kiosque scientifique, animations pour les plus jeunes autour du développement durable avec les Little Citizens for Climate entre autres). Le cortège Citoyens pour le Climat Paris, pour une “mobilisation de masse contre l’extinction de masse” a ensuite rejoint la Marche du Siècle.

En Bretagne, dans le Finistère Nord, les collectifs Citoyens pour le Climat de Brest et Pays de Morlaix se sont associés avec “Landivisiau doit dire non à la centrale” pour dénoncer une nouvelle fois le projet de construction de centrale à gaz à 15 km du centre-ville de Landivisiau.

A l’international plusieurs pays se sont joints au mouvement mondial : le Japon, mais également Tahiti avec une marche accompagnée par des paddle et canoë kayak. Plusieurs pays se sont retrouvés pour défendre l’abattage des arbres à Rades (Tunisie, Maroc, Algérie, Italie, Espagne, Allemagne, Turquie).

Ce 16 mars dans de nombreuses villes, pour dénoncer l’immobilisme de nos décideurs face à l’urgence climatique, les citoyens ont participé à un frozen et se sont figés avec leurs pancartes de. #lapireexcuse – une campagne d’alerte sur les enjeux sociétaux et les actions à enclencher, initiée par Sorry Children.

Le compte à rebours est lancé, il ne reste qu’un an pour agir et minimiser le scénario catastrophique que les experts du G.I.E.C ont remis aux décideurs politiques en octobre dernier.

Le collectif Citoyens pour le Climat refuse de rester inactif face à une extinction de masse et continue à lancer l’alerte et mener des actions pour interpeller politiques et décideurs.

De ce fait, le jeudi 21 et le vendredi 22 mars, Citoyens pour le Climat rejoindra les mouvements européens à Bruxelles devant le Conseil de l’Europe, le dernier avant les élections de mai 2019, pour faire pression sur ces dirigeants.

Vous souhaitez rester informé-e-s de nos actions, ou vous impliquer, renseignez simplement le formulaire.

Please follow and like us: